Maldives, un archipel en sursis

Continuer
#Submersion
7 mn
de lecture

Texte et photos : Guy-Pierre Chomette et Guillaume Collanges

Au cœur de l’océan indien, la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique menace l’archipel des Maldives. Iles artificielles, digues géantes, exil définitif dans un autre pays… l’avenir des Maldiviens est incertain.

 

Malé, capitale des Maldives, 19h. Le jour est tombé rapidement. C’est l’heure préférée des Maldiviens, qui sortent en nombre déambuler sur le rivage. L’appel du muezzin d’une mosquée proche retentit au-dessus du brouhaha de la cité. Sur Boduthakurufaanu Magu, la rue qui fait le tour de l’île en bord de mer, on pourrait croire que les milliers de scooters que compte Malé se sont donnés rendez-vous, alourdissant davantage un trafic toujours dense. C’est comme ça tous les soirs : pour se rafraîchir, les Maldiviens aiment enfourcher leur scooter et tourner autour de l’île. Même à 30 km/h, vitesse maximale autorisée, le vent fouette les visages et les rend plus souriants encore qu’à l’accoutumée.

Peu à peu, il y a foule. Et pour cause : avec seulement 192 hectares (moins de 2 km²) et quelque 90 000 habitants, Malé est l’une des villes les plus denses du monde. Vue d’avion, l’île apparaît saturée d’immeubles tassés les uns contre les autres. On est loin de l’image carte postale des îles quasi désertes, piquées de cocotiers et ceinturées de plages de sable blanc. Ces images-là se trouvent presque partout ailleurs aux Maldives, un archipel qui s’étire sur 900 km de long et compte 1 900 îles, dont 200 habitées et 85 utilisées exclusivement pour le tourisme. Un tourisme haut de gamme à l’origine d’un développement économique rapide et, en corollaire, d’un exode rural vers la capitale, aux prises désormais avec une surpopulation critique.

En bord de mer, la foule prend l’air. Scooters, téléphones portables, joggers, baigneurs. A deux kilomètres au large, on aperçoit les lumières de Hulhumalé, la dernière née des îles Maldives.

 

Depuis le tsunami de 2004 et la prise de conscience de la vulnérabilité des îles face à l'océan, la religion revient en force dans le pays.
Un souffle, une vague, et on dirait que les Maldives peuvent sombrer pour toujours dans l'océan indien.
Hulhumalé, île artificielle.

« Welcome in Hulhumalé ! » Le panneau a quelque chose d’incongru, planté dans un coin reculé d’un immense plateau presque vide, fait de morceaux concassés de corail mort, d’une blancheur aveuglante. Mohamed Shahid est l’un des responsables de ce projet pharaonique destiné à faire face à la surpopulation de Malé et qui doit, au terme de plusieurs décennies, accueillir 153 000 personnes. Jeune, dynamique, précis, il parcourt au volant de son 4×4 climatisé les routes d’Hulhumalé tracées au cordeau et montre l’embryon d’une ville moderne posée sur le plateau. Blocs d’habitation, école, hôpital, mosquée, centre commercial, bureaux… Une quinzaine de bâtiments ont poussé et autant de chantiers sont entamés tout autour. La ville s’agrandit.

« Il y a dix ans, Hulhumalé était encore un récif corallien submergé sous un mètre d’eau, raconte Mohamed Shahid. Il a fallu creuser jusqu’à quatre mètres une partie du lagon et transférer le corail broyé sur une autre partie pour la faire émerger. Cette première phase du projet fait 188 hectares, soit environ la taille de Malé. La ville que nous y construisons héberge déjà 2 000 habitants ». En 2020, ils seront 53 000. Alors commencera la deuxième phase du projet : 204 hectares de plus, pour 100 000 personnes supplémentaires. Après quoi Hulhumalé sera achevée par l’ajout de 305 hectares de terrain dédiés à l’aéroport international.

 

Avec ses 90 000 personnes logées sur 1,9 km2, l’île de Malé, capitale des Maldives, est une des villes les plus denses du monde. Un espoir : partir à 2 km de là, sur l’île artificielle d’Hulhumalé.
Construite pour faire face à la surpopulation de Malé, Hulhumalé s’étend sur 188 hectares. Pour faire surgir l'île des flots, il a fallu creuser le sol marin et en extraire des milliers de tonnes de corail.
Depuis l’arrivée des premiers habitants en mai 2003, plus de 2 000 habitants se sont installés sur Hulhumalé. Vingt minutes de ferry les séparent de la ville grouillante et surpeuplée qu’ils ont quittée.

Sur les quais du débarcadère, des hommes attendent la prochaine rotation du dhoni qui relie toutes les trente minutes Hulhumalé à Malé. L’eau qu’ils surplombent est d’un bleu anormalement foncé : c’est dans cette zone que les excavatrices ont creusé le corail, d’ailleurs plus profondément que prévu. « Avant d’entamer les travaux, en 1997, nous avons mené une étude sur les impacts environnementaux, poursuit Mohamed Shahid dans une salle de bureau où sont exposées des photos illustrant l’aventure technique. Des équipes scientifiques internationales sont venues nous conseiller de surélever Hulhumalé pour la protéger de la montée des eaux ». Résultat : alors que l’altitude moyenne des Maldives est de un mètre, Hulhumalé culmine à deux mètres au-dessus de la mer. Une précaution fondamentale car les Maldives, comme de nombreux Etats insulaires de l’Océan Indien et du Pacifique, sont menacées par l’élévation du niveau de la mer due au réchauffement climatique.

Dans son dernier rapport publié en 2001, le GIEC (Groupe International d’Experts sur l’Evolution du Climat, mis en place par l’ONU en 1988) table sur une augmentation des températures mondiales allant, selon les scénarios, de 1,4 à 5,8°C d’ici 2100, provoquant une montée moyenne des eaux comprise entre 20 et 80 centimètres. Si la fonte des calottes glaciaires contribuera à un dixième de la montée des eaux, c’est surtout la dilatation des masses océaniques, sous l’effet de la chaleur, qui menace d’engloutir les îles Maldives et de faire des Maldiviens des futurs réfugiés climatiques. La construction d’îles artificielles comme Hulhumalé est-elle une solution d’avenir ? « De telles îles surélevées pourront peut-être nous aider, estime Abdullahi Majeed, ministre de l’environnement et de la construction. Mais si l’eau monte de 50 centimètres, la force des tempêtes et de l’érosion sera décuplée ». Et Hulhumalé aussi sera menacée. La solution est peut-être ailleurs, comme dans les digues géantes à l’image de celle de Malé.

Un rempart contre l’océan.

Retour à Malé. Comme hier, à la nuit tombée, le bord de mer est investit d’enfants qui plongent dans l’eau rafraîchissante. Certains ressortent trente mètres plus loin en s’agrippant à d’énormes tétrapodes de béton entassés les uns dans les autres jusqu’ à deux mètres au-dessus des flots. Au-delà, l’océan est endigué derrière la muraille qui court sur une bonne partie des 7 kilomètres de rivage.

La Grande Digue de Malé a été construite au début des années 1990 pour éviter à la ville de revivre la terrible tempête d’avril 1987, lorsque la conjugaison de vents violents et d’une très grande marée inonda la capitale en causant des dégâts considérables. Financée par le Japon, elle a coûté 45 millions de dollars et sert de bouclier face aux sourdes menaces de l’océan. Les Maldiviens n’en veulent pas aux tétrapodes d’avoir modifié le paysage en bouchant la ligne d’horizon. Au contraire, ils en ont érigé un sur un piédestal comme on le ferait d’un général parvenu à contrer l’avancée des armées ennemies. Une sculpture encore plus justifiée depuis que la Grande Digue a cassé net l’assaut de la vague meurtrière du tsunami du 26 décembre 2004…

Si, malgré les 82 victimes dénombrées, les Maldives ont échappé aux pertes humaines effroyables causées par le tsunami en Inde ou au Sri Lanka, pourtant très proches, c’est notamment grâce à la nature corallienne de l’archipel. La barrière de corail qui entoure chaque île a brisé la vague. A Malé, elle a disparu au fur et à mesure que la ville s’agrandissait en comblant son lagon. Mais les tétrapodes de la Grande Digue y jouent désormais le rôle que les coraux tiennent depuis la nuit des temps dans l’équilibre naturel des îles Maldives.

 

Construite avec l’aide du Japon au début des années 1990, une digue constituée de milliers de blocs de béton ceinture presque entièrement Malé. Mais si cette technologie est efficace contre l’érosion, elle ne protège pas de la montée des eaux.
La barrière de corail est la clé de voûte des Maldives. La disparition de cette digue naturelle serait fatale. Un réchauffement brutal des eaux peut provoquer la mort de nombreux coraux, comme on a pu l’observer lors du passage du phénomène climatique El Nino.
Le corail aux avant-postes.

Dans son bureau encombré de livres et de rapports scientifiques, le directeur du Centre de Recherches Environnementales des Maldives, Mohamed Ali, est ravi d’exposer le résultat de ses recherches. Rien de tel pour convaincre ses interlocuteurs aussi bien ici, à Malé, que dans les sommets internationaux consacrés aux changements climatiques. De fait, sur les seules dix dernières années, l’eau s’est élevée de cinq centimètres. « Soit 25 cm d’ici 2050, explique le chercheur. En fait, j’ai bien peur que ça soit encore pire, car le réchauffement s’accélère ».

Mohamed Ali a plus d’une mauvaise nouvelle dans son sac. Sa voix calme et ses gestes mesurés laissent néanmoins transparaître l’inquiétude. « Pour des îles coralliennes, poursuit-il, le réchauffement de l’eau est doublement catastrophique. La barrière de corail nous protège d’une érosion qui nous serait vite fatale. Or, le corail est un organisme vivant extrêmement sensible aux variations de la température de l’eau. Nul ne sait s’il survivra au réchauffement en cours ».

Il y a une dizaine d’années, les autorités maldiviennes ont interdit la pratique ancestrale des mines de corail : des briques découpées à même le récif servaient à la construction de bâtiments. Ali Adam, 55 ans, ancien pêcheur, habite sur l’île de Ula, à deux heures de dhoni de Malé. Assis devant sa maison qu’il a lui-même construite en corail il y a bien longtemps, il est, comme la plupart des Maldiviens, au courant du danger qui pèse sur l’archipel. « Je le vois sur mon île, affirme-t-il. Pendant la saison des pluies, les vagues sont plus nombreuses, plus fortes. Lors des grandes marées, les bords de l’île sont désormais inondées. Le corail ne nous protège plus comme avant. L’érosion s’aggrave ».

Plus que la montée du niveau de la mer, c’est l’érosion, dont la force dévastatrice s’intensifie à chaque centimètre d’eau supplémentaire, qui menace les Maldives de disparition. La bonne santé de la barrière de corail est la véritable assurance-vie du pays. Pour deux raisons : elle limite l’érosion et génère la principale ressource économique du pays, le tourisme.

 

Pour éviter la surexploitation des réserves, la pêche au thon est très réglementée aux Maldives. Les filets sont proscrits. Seule la canne à pêche traditionnelle est autorisée. C’est une pêche spectaculaire qui demande aux hommes une débauche d’énergie pour remplir les cales de leur dhoni avant d’aller vendre leurs prises sur le marché de Malé...
Sur l’île de Kalhaidhoo, la plupart des habitants vivent en harmonie avec l'environnement. Traditionnellement, les maldiviens se brossaient les dents avec du sable fin provenant du lagon.
Près de 60 % des Maldiviens ont moins de 15 ans. Ils connaîtront probablement de leur vivant les premiers exils provoqués par la montée des eaux et son corollaire : l’érosion.
Les « resorts », îles-hôtels.

8h du matin sur l’île de Thulhagirii, à trente minutes de hors-bord de Malé où les rues raisonnent déjà de mille bruits. Aux tables du restaurant qui surplombe un lagon aux eaux forcément turquoises, des touristes prennent leur petit déjeuné dans une luxueuse quiétude. Une bonne partie d’entre eux est venue aux Maldives pour plonger sur la barrière de corail. Pour l’heure, ils digèrent silencieusement avant d’aller plonger. Seul le clapotis des vaguelettes heurtant les pilotis des « water bungalows » du resort se font entendre.

De son côté, Abdulla Mifthah, le directeur technique du resort de Thulhagirii, a commencé d’un pas lent sa tournée d’inspection du rivage. L’île est si petite qu’il en fait le tour en un quart d’heure. « Regardez, conseille-t-il en s’arrêtant devant un cocotier dont les racines sont mises à nu au bord de l’eau. Ici, la plage a disparu ». Cinq minutes plus tard, Abdulla est de l’autre côte de l’île, devant une immense plage. « Les courants l’ont transportée ici en quelques semaines. Bientôt, elle aura disparu à son tour car tous les six mois, les courants marins changent de sens. Sur les îles, cela se traduit par un va-et-vient de grande quantité de sable.  Il en a toujours été ainsi, l’érosion est un phénomène naturel ». Non loin, trois membres du personnel de l’hôtel entretiennent les petites digues de sacs de sable qui sont sensées retenir, en dépit des courants, un peu de plage devant chaque bungalows. « Néanmoins, reprend Abdulla, je travaille depuis plusieurs années dans les resorts et je peux affirmer que les plages sont de moins en moins grandes. L’érosion est inhabituelle. Certains resorts font même venir du sable pour refaire leurs plages quand elles deviennent trop maigres… »

Les premiers resorts touristiques des Maldives remontent au début des années 1970. Le pays en compte désormais 85, installés exclusivement sur des îles désertes, à l’écart – mais pas forcément très loin – des îles habitées par les Maldiviens, auxquelles les touristes n’ont pas librement accès, tout comme les Maldiviens eux-mêmes ne peuvent se rendre sur les resorts sans autorisations spéciales. L’économie des Maldives repose à plus de 70 % sur le tourisme, un secteur à l’origine d’une croissance économique qui a permis de dépasser largement, en termes de PIB par habitant, l’Inde et le Sri Lanka voisins.

Les resorts feront-ils encore le plein de touristes dans trente ou quarante ans si les plages disparaissent et si la barrière de corail est mise à mal par le réchauffement de l’eau ? Les conséquences économiques des changements climatiques peuvent ainsi être dramatiques car le secteur touristique fournit aux Maldives l’assise financière sans laquelle aucun projet d’île artificielle ou de digues géantes ne peut être envisagé…

Dans les resorts, aux côtés du personnel bangladeshi et sri-lankais, travaillent également des Maldiviens. A quelques kilomètres de leurs îles natales, beaucoup d’entre eux ont le sentiment étrange de vivre, dans ces hôtels, à des années-lumières de leur mode de vie traditionnel.

 

Thudi, atoll de Laamu. En janvier 2007, des pluies anormalement fortes sont tombées aux Maldives, en pleine saison sèche.
La dengue, et pour la première fois, le virus du chikungunya ont fait leur apparition. Gorgé d’eau, le sol ne peut plus absorber les pluies. Les flaques rapidement insalubres profitent aux moustiques.
L’archipel des Maldives compte 2 000 îles, dont 200 seulement sont habitées. Loin de la capitale Malé et de ces digues de protection, ces îles sont menacées par l’érosion due à la montée des eaux. Leurs habitants seront les premiers réfugiés climatiques des Maldives.
Un mode de vie en péril.

A quelques brasses du resort des Quatre Saisons, l’un des plus luxueux des Maldives, il est minuit quand Abdul Aziz et son équipage quittent la petite jetée de l’île de Ula pour pêcher la bonite, une race de petits thons. Avant de mettre le cap sur le grand large en poussant à fond le moteur de leur dhoni, ils rôdent deux heures à proximité de la barrière de corail à la recherche de bancs d’alevins qui leur serviront d’appât. A la lueur des projecteurs qui percent l’eau sombre, les petits poissons sont pris au piège dans les filets. « Ce sont des poissons coralliens, murmure Abdul à la barre du bateau. Lors du coup de chaud de 1998, les coraux étaient si mal en point que ces alevins avaient presque disparus. Sans eux, pas de pêche au thon. Cette période fut difficile pour notre activité… ».

Pour éviter la surexploitation des réserves, la pêche au thon est très réglementée aux Maldives. Les filets sont proscrits. Seule la canne à pêche traditionnelle est autorisée, une pêche spectaculaire qui demande aux hommes une débauche d’énergie pour remplir les cales du dhoni. Après trois heures de navigation, alors que pointe l’aube, Abdul a repéré un premier banc de bonites. Les premières s’envolent aussitôt dans les airs accrochées aux hameçons. « Ce n’est pas un très bon jour, reconnaît Abdul au bout de quelques temps. Tout dépend du temps, qui est de plus en plus difficile à prévoir. Il n’y a pas si longtemps, on se fiait au nakaï, notre agenda traditionnel des saisons, divisé par quinzaines. Très stables, les prédictions ancestrales du nakaï se vérifiaient chaque année. Désormais, elles se dérèglent. C’est comme si la terre se faisait vieille… » 

Abdul ne sait pas si ces modifications, qui l’empêchent de prévoir correctement ses sorties en mer, sont liées au réchauffement climatique. En tout cas le ciel, l’air, la mer changent, dit-il. Comme tous les Maldiviens, il a profondément pris conscience, depuis les inondations de 1987 et le tsunami de 2004, des dangers de la mer, avec laquelle ses ancêtres ont pourtant toujours vécu en harmonie. Où ira-t-il si les Maldiviens sont un jour contraints d’abandonner leurs îles envahies par les flots ? On murmure dans le pays que l’Australie aurait secrètement donné son accord pour héberger les Maldiviens… « Mais ce n’est qu’une rumeur, affirme Abdul en souriant. Que faire si les îles sont englouties ? C’est dur de se projeter dans cet avenir-là… Il n’y aura nulle part où aller. Je me réfugierai dans mon dhoni ! »

Continuer
Maldives
Maldives, un archipel en sursis
Au cœur de l’océan indien, la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique menace l’archipel des Maldives. Iles artificielles, digues géantes, exil définitif dans un autre pays… l’avenir des Maldiviens est incertain.
7 mn
de lecture
#Submersion
Bangladesh
Sunderbans, le grand débordement
Le Bangladesh est l’un des pays les plus densément peuplé au monde. En mettant une pression supplémentaire sur des écosystèmes fragiles, le réchauffement climatique provoquera d’importants mouvements migratoires à l’intérieur mais aussi à l’extérieur du pays. Exemple dans les Sunderbans, l’une des régions les plus affectées.
5 mn
de lecture
#Inondationdesdeltas
Alaska
Shishmaref, péril sur les Kigiqtaamiut
Non loin du détroit de Béring, l’érosion des côtes due au réchauffement climatique condamne une communauté inuit à déménager. D’ici 10 ans, leur village doit être entièrement déplacé. La menace d’une disparition totale de leur culture et de leur mode de vie semble inéluctable.
9 mn
de lecture
#Fontedupergélisol
Tchad
Blarigui, marée basse sur le lac
Les riverains du Lac Tchad, dans les années 60, avaient baptisé leur vaste étendue d’eau du nom d’« océan ». Sous l’effet du réchauffement climatique, cette précieuse réserve d’eau douce située dans la région du Sahel a, en quarante ans, perdu 90% de sa surface.
5 mn
de lecture
#Désertification
Etats-Unis
Nouvelle-Orléans, l'adieu à big easy
Il a atteint les côtes le 29 août 2005 vers 11 h (heure locale). Au large, des vagues de 11 mètres ont pu être observées. Le 28 au soir, l’ouragan avait déjà fait neuf morts. Après son passage, Katrina a amené la désolation sur La Nouvelle-Orléans et toute la Louisiane.
6 mn
de lecture
#Ouragans
Allemagne
Halligen, sentinelles en mer du Nord
Apparues au Moyen Âge après un raz-de-marée, les Halligen sont de frêles esquifs échoués au large de l’Allemagne. Régulièrement submergés par la mer du Nord, les trois cents habitants de ces bancs de tourbe jouent un rôle majeur dans la défense des côtes allemandes menacées par l’augmentation du niveau de la mer.
7 mn
de lecture
#Submersion
Chine
Chine, la colère du dragon jaune
A Longbaoshan, une bourgade proche de Pékin, l’ennemi s’appelle le désert. Chaque jour, il gagne sur les terres des paysans. Chaque nuit, il s’infiltre dans les maisons. Mais le fléau ne s’arrête pas là : un quart du pays est menacé par la désertification.
8 mn
de lecture
#Désertification
Népal
Himalaya, horizons perdus
Avec le réchauffement climatique, les retenues d’altitude du Népal se gorgent de l’eau des glaciers et menacent de lâcher. Les scientifiques connaissent le danger, pas les Sherpas qui vivent en contre bas. Reportage.
7 mn
de lecture
#Fontedesglaciers
Tuvalu
Tuvalu, requiem polynésien
Peuple d'un minuscule pays dont l’existence, en tant qu’État, est menacée par la hausse du niveau des mers, les habitants de Tuvalu en sont venus à incarner le visage des « réfugiés de l’environnement ». Leur quête d’une terre d’asile est le symbole de l’injustice du changement climatique envers les populations les plus vulnérables.
7 mn
de lecture
#Submersion