Blarigui, marée basse sur le lac

Continuer
#Désertification
5 mn
de lecture

Texte et photos : Aude Raux et Cédric Faimali

Les riverains du Lac Tchad, dans les années 60, avaient baptisé leur vaste étendue d’eau du nom d’« océan ». Sous l’effet du réchauffement climatique, cette précieuse réserve d’eau douce située dans la région du Sahel a, en quarante ans, perdu 90% de sa surface.

 

Sur les rives marécageuses du Lac Tchad, les hommes récupèrent le fer des carcasses de bateaux rouillés, vestiges d’un passé pluvieux. En quarante ans, la quatrième plus grande réserve d’eau douce d’Afrique est passée de 25 000 kms2 à 2 500 kms2. Hier bordé de quatre Etats, le lac ne parvient plus qu’aux frontières du Tchad et du Cameroun, privant le Nigeria et le Niger de leur accès à l’eau. « Avant, se rappelle Didina Diathé, un pêcheur tchadien, quand on allait vendre notre poisson au Niger, les pirogues pouvaient débarquer leurs cargaisons sur les côtes de ce pays. Désormais, comme il n’y a plus d’eau, ce sont les camions qui vont à leur rencontre ». Puisque les hommes n’ont pas de prise sur la pluie, ils partent. En quête d’un ciel chargé de nuages … En vain.

Selon l’Unesco, « de nombreux facteurs menacent l’intégrité du Lac Tchad : il s’agit des changements climatiques qui se traduisent par une faible pluviométrie, l’évapotranspiration due aux fortes températures et la succession des périodes de très fortes sécheresses. Cet assèchement progressif est l’exemple le plus spectaculaire des conséquences des changements de conditions climatiques en Afrique tropicale ». Pour Jacques Lemoalle, chercheur en hydrobiologie à l’Institut de recherche pour le développement et spécialiste du Lac Tchad, « dans cette région, non seulement les pêcheurs mais aussi les éleveurs et ceux qui viennent cultiver dans les fonds du lac à cause d’un manque de pluie sur leur territoire initial sont des réfugiés climatiques ».

 

Tchad, Avril 2005. Pêcheur nigérian venu avec ses enfants sur l'île de Blarigui pour continuer à vivre de son métier.
Avec l'affaiblissement de la mousson africaine, le lac Tchad a perdu 80 % de sa superficie. Autrefois grande voie navigable, c'est désormais un marécage où les pirogues devenues inutiles pourrissent.
Village de BOL, au nord de la partie tchadienne du lac. Avant la tombée du jour, les femmes viennent laver le linge dans un plan d'eau, souvenir d'un bras du lac.
Près de Bol, dans la partie est du lac Tchad, un ancien bras du lac asséché.

Muni de sa machette, Moussa Gao, un pêcheur nigérien, assène un coup fatal à une carpe vivante, frémissante, ruisselante. La recroqueville à l’aide d’un bout de bois. Et la dépose sur une bâche pour qu’elle sèche. Dans l’air brûlant. Des petites tâches brunes parsèment son visage et ses mains dont la peau a fini par prendre l’aspect desséché de ses poissons. « La vie est dure ici et pourtant je ne dois pas me décourager, assène-t-il, comme s’il cherchait à se convaincre lui-même. C’est Dieu qui a créé le lac et il ne faut jamais se décourager face à une création de Dieu ». Ne pas se décourager. Même si la vie devient survie… « J’ai quitté le Niger il y a 16 ans. J’étais éleveur. Il n’y avait plus assez d’eau dans le lac pour faire pousser du fourrage sur la rive et nourrir les bêtes. Je suis venu m’installer sur l’île de Blarigui, dans les eaux tchadiennes. J’ai appris le métier de pêcheur sur le tas. Mais depuis quelques années, je trouve beaucoup moins de poissons dans mes nasses. Maintenant, à 60 ans, je pense finalement retourner dans mon pays où j’avais laissé ma femme et mes cinq enfants ».

Allongé à l’ombre sur sa natte colorée, au seuil de l’unique maison de l’île bâtie en dur, Al Hadjil Kanë, le chef de village, égrène ses souhaits au même rythme que les billes de son chapelet qu’il tient bien serré dans sa main calleuse : « Nous manquons de tout à Blarigui. J’ai besoin de puits pour que les 500 habitants puissent boire de l’eau propre, d’un dispensaire pour soigner les malades et d’une école pour éduquer les enfants ». Assis à ses côtés, Babanguida Chari, le représentant du Mouvement Patriotique du Salut, le parti du chef d’Etat Idriss Deby, s’en remet à « l’homme blanc » : « Après Dieu, qui a tous les pouvoirs, c’est au Nassara d’intervenir. Comme ça, l’eau reviendra ».

 

Pêcheur utilisant la technique de "l'épervier". Cette pêche n'est désormais possible que là où le lac est profond.
L'assèchement du lac empêche les poissons de grossir. On ne fait plus, aujourd'hui, de grosses prises.
MALOUM OUMAR BARKA, 57 ans, tchadien, pose ses lignes d'hameçons dans les eaux peu profonde du lac (40 cm max).
SAMUEL NGARGOTO, 35 ans, pêcheur camerounais, prend son bain quotidien dans le lac.

Cette présence d’eau est en effet exceptionnelle dans le Sahel. Mais le fleuve Chari, qui alimente le lac à 90%, déverse un volume deux fois moins important que dans les années 60. Deux graves sécheresses, en 1972 et 1984, ont frappé durement la région. Parallèlement, le bref retour des pluies à la fin des années 80 a transformé le lac en une vaste zone marécageuse, les eaux ayant permis aux graines de germer. Conséquence : des îles de papyrus et de roseaux se sont formées un peu partout. Samuel Ngargoto, un pêcheur de 35 ans, en appelle lui, directement à Dieu : « Il faut que Dieu fasse un miracle parce que vivre sur ce lac, c’est trop de souffrance. Non seulement les poissons sont plus petits, mais ils sont aussi moins nombreux. Comme le lac se transforme en marécage, le capitaine, un poisson noble qui se vend cher sur le marché, devient très rare. On n’arrive pas à compenser cette perte avec les autres espèces, les carpes ou les poissons-chats, qui, elles, ont réussi à s’adapter, mais ne valent pas grand chose ».

Quand il s’en va relever ses nasses, Samuel se munit d’un long bâton pour se frayer un chemin entre les roseaux, les papyrus et les banquises végétales qui prolifèrent. Parfois, des vaches Kourie – une espèce bovine aux cornes creuses qui leur permettent de flotter d’île en île – lui barrent le passage et souvent il doit descendre pour pousser sa pirogue envasée. Depuis le rivage, on le voit tel un mirage : Même à des kilomètres du bord, il a toujours pied. A l’évaporation de l’eau, d’une moyenne de deux mètres dix par an, et à la diminution de la pluie, de la moitié de ce qu’elle était avant 1970, s’ajoute une autre calamité : celle de la turbidité du lac due au manque de profondeur. « Dans les années 60, l’eau était profonde de six mètres en moyenne. Elle était claire. Aujourd’hui, la mousson est plus faible. Elle arrive de plus en plus tard, en juin. Du coup, la hauteur n’atteint plus qu’un mètre cinquante. Et la vase la rend impropre » témoigne ainsi Koundja Mbatha, topographe à la Commission du Bassin du Lac Tchad, la CBLT.

 

Jour de marché sur l'île de Blarigui. Dans la partie nord du lac, les clients qui ne veulent pas se mouiller, s'y rendent sur des pirogues qu'il faudra pousser faute d'une profondeur suffisante pour naviguer.
Des péniches rouillent sur le lit du lac, témoignage d'une époque où le lac était navigable et constituait un axe important pour le commerce entre les pays riverains.
Selon Jacques Le moalle, chercheur à l'IRD, les pêcheurs, mais aussi les éleveurs et ceux qui viennent cultiver dans les fonds du lac, à cause d'un manque de pluie sur leur territoire, initial peuvent être considérés comme des réfugiés climatiques.
Mousa MAHAMAT, 24 ans, tchadien de la tribu Kanembou et ancien pêcheur, s'épuise sous un soleil de plomb à essayer de niveler la parcelle de terre que l'Etat lui octroie, pour en faciliter l'irrigation.

En « attendant » que l’eau revienne, les familles des pêcheurs remplissent leurs jarres à même le lac devenu insalubre et boivent ce liquide qui les « diarrhe ». Les mamans accrochent des gris-gris  autour du cou de leurs petits pour chasser les maladies infantiles : rougeole et varicelle. Et les garçons qui parviennent à l’âge de cinq ans partent avec leurs pères sur de longues pirogues aux peintures écaillées afin de puiser de quoi subsister en vendant leur maigre pêche au marché.

La veille, un samedi, des grappes d’hommes débarquent par centaines sur le sable poussiéreux de l’île. Les liasses de Nairas, la monnaie du Nigeria utilisée partout sur le lac, gonflent pour l’occasion leurs poches élimées. Certains font une halte dans la gargote de Zara Mahamat. Au menu : Du poisson accompagné de riz ou de légumes cuits dans de grosses marmites en fonte au-dessus desquelles volent les mouches. « Quand je suis arrivée sur l’île, il y a quatre ans, se souvient-elle, j’ai installé ma gargote juste au bord du lac. On mangeait presque les pieds dans l’eau. Et regardez maintenant, le lac s’est retiré à plus de 100 mètres ».

 

Pêcheurs venus du Nigéria. Ile de Blarigui.
Ile de Blarigui. Après le marché, une fête est organisée, avec combat de lutte entre pêcheurs.
Projet de plantation sur les parties asséchées du lac. Le sol étant riche en limon, l'état tchadien offre des parcelles de terrains aux familles de pêcheurs en échange d'une partie de leurs productions.
Avec l'affaiblissement de la mousson africaine, le lac Tchad autrefois quatrième plan d'eau d'Afrique, est désormais un marécage. On peut le traverser à pied dans toute sa longueur.

Quand la nuit tombe, après quelques minutes de noir profond, les générateurs se mettent en route, peuplant le silence obscur de leurs bruits mécaniques. Des lampes torches s’allument. Des feux crépitent. Des musiciens chauffés par l’alcool de maïs frappent sur les percussions. Des pêcheurs dansent. Ils « ambiancent » !

Au petit matin, sous des abris provisoires de paille, à côté des pyramides de piles, de savon et de sel, s’entassent des sacs de carpes, de poissons-chats, de silures et de sardines. Frais, séchés ou fumés. Pêchés de façon artisanale, le plus souvent avec des barrages de nasses ou des filets. Une odeur acre, rance et fermentée émane de ces étalages à laquelle vient se mélanger celle de l’eau putride du lac et des troupeaux de chèvres efflanquées.

L’espoir pourrait venir d’une espèce d’algue de couleur bleu-vert qui doit son nom à sa forme en spirale, la spiruline. Consommée depuis des siècles par les Kanembous, une ethnie des rives du Lac Tchad, la spiruline est un remède efficace contre la malnutrition et les carences alimentaires.

Elle possède une richesse exceptionnelle en protéines qui représentent plus de la moitié de son poids. Parmi ses propriétés nutritionnelles, on trouve le bêta carotène, le fer, le calcium ou encore le magnésium. Surtout, c’est l’une des rares espèces à pouvoir vivre dans les eaux chaudes peu profondes et saumâtres. A l’image des eaux qui hantent aujourd’hui le Lac Tchad.

Continuer
Maldives
Maldives, un archipel en sursis
Au cœur de l’océan indien, la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique menace l’archipel des Maldives. Iles artificielles, digues géantes, exil définitif dans un autre pays… l’avenir des Maldiviens est incertain.
7 mn
de lecture
#Submersion
Bangladesh
Sunderbans, le grand débordement
Le Bangladesh est l’un des pays les plus densément peuplé au monde. En mettant une pression supplémentaire sur des écosystèmes fragiles, le réchauffement climatique provoquera d’importants mouvements migratoires à l’intérieur mais aussi à l’extérieur du pays. Exemple dans les Sunderbans, l’une des régions les plus affectées.
5 mn
de lecture
#Inondationdesdeltas
Alaska
Shishmaref, péril sur les Kigiqtaamiut
Non loin du détroit de Béring, l’érosion des côtes due au réchauffement climatique condamne une communauté inuit à déménager. D’ici 10 ans, leur village doit être entièrement déplacé. La menace d’une disparition totale de leur culture et de leur mode de vie semble inéluctable.
9 mn
de lecture
#Fontedupergélisol
Tchad
Blarigui, marée basse sur le lac
Les riverains du Lac Tchad, dans les années 60, avaient baptisé leur vaste étendue d’eau du nom d’« océan ». Sous l’effet du réchauffement climatique, cette précieuse réserve d’eau douce située dans la région du Sahel a, en quarante ans, perdu 90% de sa surface.
5 mn
de lecture
#Désertification
Etats-Unis
Nouvelle-Orléans, l'adieu à big easy
Il a atteint les côtes le 29 août 2005 vers 11 h (heure locale). Au large, des vagues de 11 mètres ont pu être observées. Le 28 au soir, l’ouragan avait déjà fait neuf morts. Après son passage, Katrina a amené la désolation sur La Nouvelle-Orléans et toute la Louisiane.
6 mn
de lecture
#Ouragans
Allemagne
Halligen, sentinelles en mer du Nord
Apparues au Moyen Âge après un raz-de-marée, les Halligen sont de frêles esquifs échoués au large de l’Allemagne. Régulièrement submergés par la mer du Nord, les trois cents habitants de ces bancs de tourbe jouent un rôle majeur dans la défense des côtes allemandes menacées par l’augmentation du niveau de la mer.
7 mn
de lecture
#Submersion
Chine
Chine, la colère du dragon jaune
A Longbaoshan, une bourgade proche de Pékin, l’ennemi s’appelle le désert. Chaque jour, il gagne sur les terres des paysans. Chaque nuit, il s’infiltre dans les maisons. Mais le fléau ne s’arrête pas là : un quart du pays est menacé par la désertification.
8 mn
de lecture
#Désertification
Népal
Himalaya, horizons perdus
Avec le réchauffement climatique, les retenues d’altitude du Népal se gorgent de l’eau des glaciers et menacent de lâcher. Les scientifiques connaissent le danger, pas les Sherpas qui vivent en contre bas. Reportage.
7 mn
de lecture
#Fontedesglaciers
Tuvalu
Tuvalu, requiem polynésien
Peuple d'un minuscule pays dont l’existence, en tant qu’État, est menacée par la hausse du niveau des mers, les habitants de Tuvalu en sont venus à incarner le visage des « réfugiés de l’environnement ». Leur quête d’une terre d’asile est le symbole de l’injustice du changement climatique envers les populations les plus vulnérables.
7 mn
de lecture
#Submersion